Hugh Pyle : « Vivre l'expérience Top 14 »

Publié le 29/08/2014
Partager

Son physique et ses courses impressionnent déjà. Son sourire, lui, ne trompe pas. Plutôt disert, le géant australien (2m01, 118kg) use de beaucoup d'ironie, n'hésite pas à plaisanter et dérider l'échange avec ses partenaires mais aussi les gens qui l'entourent. Et cette bonne humeur naturelle ne devrait pas tarder à faire son apparition sur les pelouses du Top 14. 

Hugh, quel a été ton premier sentiment en signant à Paris ?
C'est un club très intéressant, je n’aurais jamais pensé être ici. Je sais que ma copine était très enjouée et je n’ai entendu que du bien à propos du Stade Français Paris. Donc j’étais content de venir et surtout d’avoir eu cette opportunité.

Est-ce qu’elle t’a déjà rejoint ici ?
Oui elle est arrivée hier ! Mais elle doit sûrement être en train de dormir à cause du décalage horaire.

Pourquoi le Stade Français Paris et pas un autre club ?
Pour plusieurs raisons. Le Stade a une bonne réputation et les joueurs ne pratiquent pas un style de rugby français typique, ils sont plus ouverts dans leur façon de jouer. Aussi, les Australiens ici ne m’ont dit que du bien à propos de leurs expériences dans le club, que ça soit sur ou en dehors du terrain. Ça m'a semblé être l'équipe qui me correspondait.

Avec qui as-tu déjà noué le plus de liens ? Les Australiens on imagine, mais peut-être d'autres... ? 
(Jules Plisson passe derrière lui à ce moment) Oui, j'apprécie tout le groupe... sauf Jules. Il n’est pas très « cool » avec moi ! (rires des joueurs tout autour). Pour l’instant à cause de la barrière de la langue, c’est plus facile pour moi de trainer avec les anglophones c'est vrai. Et les Australiens m’ont vraiment beaucoup aidé, merci à eux. Mais les joueurs français sont aussi supers et ils sont vraiment très patients avec moi. Je commence à apprendre la langue, ce qui aidera forcément beaucoup...

Tu étais le 25ème homme contre Lyon la semaine dernière. On imagine que tu as hâte de jouer en Top 14 ?
Oui, j’ai regardé le match de la semaine dernière et pour ce week-end, il me semble que ça se jouera principalement sur des mêlées avec beaucoup de passes après contact, de longues courses. Je suis content d’aller à Oyonnax. J’ai entendu différentes opinions sur ce club. Je suis vraiment excité d’y être et de vivre l’expérience Top 14 par moi-même.

Comment as-tu trouvé l'ambiance et le public comparé à ce que tu as connu avant ?
C’était bien... Ça ressemble beaucoup au Stade de Melbourne en fait (AAMI Park, ndlr). Tout le monde est très proche et ils font beaucoup de bruit. On m’a dit que le stade n’était pas toujours plein, mais pour moi ça représente à peu près la même quantité de personnes qu’on recevait en moyenne à Melbourne.

On te décrit souvent comme un deuxième ligne « moderne ». Peux-tu nous expliquer ta vision des choses ?
Oui mais je ne sais pas trop comment expliquer mon style... Je pense que je cours plus avec le ballon que la plupart des deuxièmes lignes !

Tu viens d'arriver en France mais on imagine que tu ambitionnes aussi de découvrir l’équipe nationale assez rapidement ?
Oui c’est dans mes ambitions. Je pense que n’importe quel joueur qui grandit en jouant au rugby rêve de l'équipe nationale. Et dans le futur si ça marche pour moi j’aimerai jouer pour eux. En même temps, à cette période-là l’an dernier, je ne pensais pas être à Paris donc qui sait ce que le futur me réserve...