Antoine Burban : « Toujours le même plaisir »

Publié le 30/07/2014
Partager

Après quatre semaines de vacances méritées, Antoine Burban a rejoint ses coéquipiers le jour du départ en stage. De retour à Jean Bouin, l'international français se livre sur la reprise, mais aussi et surtout les points à travailler pour ne pas connaitre la même fin de saison que l'an dernier. Tout cela, évidemment, dans la bonne humeur qui le caractérise si bien.

Alors Antoine, c'était comment l'Espagne ?
Énormément de joie de retrouver les coéquipiers, tous les potes ! Puis l'Espagne, un lieu magnifique pour un stage très bien organisé. Ce sont les premières séances de dur pour moi, le physique du début de saison. Là on s'aperçoit que les vacances étaient bien (rires) ! Non franchement on a très bien bossé, on a eu du physique en plus (pour les internationaux). On a partagé de bons moments avec les coéquipiers, c'était sympa. 

Avant tes vacances, tu faisais partie de la tournée en Australie. Les Wallabies n'ont rien lâché chez eux, comment analyses-tu cette expérience ?
C'était un moment magique. J'étais extrêmement heureux de faire cette tournée même si ça a été difficile d'un point de vue résultats. C’est une source de motivation pour tout le monde ; pour travailler plus dur à un an d’une Coupe du monde ; pour passer un palier et pouvoir rivaliser contre ces équipes-là.

Ces trois matchs contre l'Australie, tu les a gagnés grâce à ta superbe saison. Notamment élu sept fois « Parisien de la rencontre » par les internautes et « Parisien de la saison » par le vestiaire !
Oui, une belle saison. Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu la possibilité, via les coachs et via mon état physique, d’enchainer autant de matchs. Ça fait du bien parce qu’on avait beaucoup travaillé la préparation l’année dernière pour ça. Sur le plan personnel, c'est une belle saison, mais très déçu pour l’équipe de ne pas avoir accroché les six. Même avec cette 7ème place, on aurait pu faire quelque chose de beau et on est passé à travers. Donc très déçu par rapport à ça.

La saison dernière, il y avait le nouveau stade et un nouveau staff qui ont contribué à la dynamique de l'excellent début de saison. Comment vois-tu cette année ?
On part sur la même dynamique que l’année dernière. Jean Bouin, c’est chez nous. Il y a eu des défaites qui ont été très dures à vivre ici. On n'a pas du tout envie que ça recommence. On veut rester invaincus dans ce stade cette saison, on a envie de jouer, d’être ensemble, de travailler dur. Et on va jouer les matchs les uns après les autres pour les gagner.

Un petit mot sur les nouveaux ?
Eh bien, je connaissais Julien ; j’ai déjà joué avec son frère. « Raph » j’ai eu l’occasion de le croiser plusieurs fois. Je les ai découverts un peu plus cette semaine en Espagne. Ça se passe super bien. Ils se sont très bien intégrés pendant les quatre premières semaines, et ça fait plaisir de les voir ici car ils ont l’air extrêmement motivé pour faire de belles choses dans ce club.

Le mot de la fin ?
Je pense qu’on a l’effectif pour être dans les six, on sait que ça va être très dur, on sait aussi que physiquement ça va être costaud. Il va falloir éviter cette période de moins bien qu’on a eu mi-saison et en fin de saison. Cette année, on sait que ça peut nous arriver, on sera vigilants. A nous de corriger les petites erreurs qui font qu'on a mal fini l'année dernière. Je suis persuadé que si l'on continue à travailler comme aujourd'hui et si l'on a toujours le même plaisir en arrivant le matin, il y a moyen de faire de belles choses.