Jérôme Fillol : « Retrouver le goût des phases finales »

Publié le 30/04/2014
Partager

Le demi de mêlée parisien a choisi de poursuivre l'aventure d'une saison supplémentaire avec le club de la capitale. Une décision mûrement réfléchie, qui lui permet désormais de se concentrer pleinement sur le choc à venir contre Toulon.

Dix-sept. Le chiffre a de quoi impressionner. Il rendrait sans doute envieux bon nombre de jeunes joueurs en activité. Jérôme Fillol entamera ni plus ni moins que sa dix-septième saison en tant que joueur professionnel ; la neuvième sous les couleurs du Stade Français Paris. Une longévité exceptionnelle qui en fait aujourd'hui l'un des principaux piliers au sein du vestiaire Rose & Noir.

Si ce choix s’est fait de manière collégiale, il n’a pas été fait dans la précipitation. Car lui avait besoin de se sentir prêt, physiquement et mentalement, afin de reprendre une nouvelle année. « On s’est laissé le temps d’en parler pour prendre la bonne décision, dit-il. Avec le Président, les entraineurs et mon entourage. »



A 36 ans, le demi de mêlée au caractère bien trempé trouve encore de nombreuses sources de motivations. « L’envie de jouer tout simplement. J’espère que samedi, on sauvera un petit peu l'année, souffle-t-il. Tout en sachant qu’on a fait une belle saison, parfois entachée de sorties indécises. » L’ambition de Jérôme, elle, est toujours intacte. « J’ai envie de retrouver le goût des phases finales. Les saisons passent, les phases finales et les titres passent également. Les regarder à la télévision, ce n’est pas pour cela que je joue au rugby. »

« Acter ce que l’on dit »

Ces fameuses phases finales, il en retrouvera un semblant de parfum samedi sur la pelouse de l’Allianz Riviera de Nice. Paris y affronte le RC Toulon, champion d’Europe en titre, à l’occasion de la 26ème et dernière journée du Top 14. C’est notamment avec un groupe « sérieux et concentré » que Jérôme Fillol prépare ce choc. Tous ont conscience qu’il faudra être à « 200% physiquement et mentalement ». « On est face à une équipe de Toulon en pleine confiance, glisse-t-il. Qui joue très bien, qui dispose d’un très gros effectif et qui sort de trois gros matchs. Eux ont besoin de gagner pour se qualifier directement en demi-finale ; pour souffler un petit peu. Nous, nous avons besoin de gagner quoi qu’il arrive pour faire un coup sans prétention. »

Le Stadiste attend maintenant une « réaction collective ». « Il faut qu’on ait vraiment l’envie et la détermination de faire quelque chose. Ce n’est pas que de le dire… Mais acter ce que l’on dit ! » A ses yeux, il ne faudra surtout pas compter sur la fatigue des hommes de Bernard Laporte, de nouveau qualifiés pour la finale de H Cup 2014. « Ils enchainent les matchs de haut niveau. Aujourd’hui, ça ne change rien qu’ils aient un match de plus, ils seront prêts. C’est une équipe qui est faite pour gagner. »

Une chose est sûre. L’envie de vivre des moments intenses et tout aussi décisifs comme celui de samedi ont poussé Jérôme Fillol à poursuivre sa carrière. Une année supplémentaire - au moins - pour notre plus grand plaisir.

___________________________________________

Focus sur Jérôme Fillol, dit « Belette »

Le natif d'Agen a porté plusieurs maillots durant sa longue carrière, de Toulouse au Racing Métro 92 en passant par Perpignan. Et puis... Paris évidemment, club avec lequel il a choisi de rempiler pour un an supplémentaire. Sur le terrain, le Stadiste a remporté deux titres de champion de France (2003, 2007) et totalise 327 matchs au compteur en Top 14, 68 de H Cup et 35 de Challenge Européen.

Merci Jérôme, et que la suite soit encore plus belle !