David Attoub : « Mes beaux jours sont devant moi »

Publié le 30/10/2013
Partager

Victime d'un accident de la route en fin de saison dernière alors qu'il côtoyait le niveau international, le pilier droit parisien a du repasser, du moins en partie, par la case départ. Il nous parle de sa forme actuelle et d'un peu de... « Ciel & Blanc ».

David, comme on dit souvent, le plus important c'est la santé. Comment te sens-tu depuis ton retour de blessure ? Es-tu satisfait du niveau auquel tu es revenu ?
Je me sens bien, je me sens mieux. Je pense que ma blessure est maintenant derrière moi. Je suis content de faire partie du groupe et d'être sur les feuilles de matchs. Mais quand on est joueur, c'est naturel de toujours vouloir plus, d'atteindre un niveau supérieur. Pour le moment je rentre en cours de jeu, je n'ai que vingt-cinq minutes pour me mettre en jambe et en valeur. Dans ces moments-là, on a envie de montrer un maximum et de faire beaucoup de choses à la fois. Par conséquent on ne fait pas forcément tout très bien donc c'est délicat. Mais bon, le plus important c'est d'être là, je me suis bien remis de mon accident et mes beaux jours sont devant moi.

Il y a aussi une concurrence assez rude cette saison en première ligne ?
Oui c'est évident, on a de très bons piliers mais je crois que la concurrence est positive dans un club. Pour moi, Rabah (Slimani) et Davit (Kubriashvili) ne sont pas des concurrents. On travaille ensemble, ce sont des joueurs qui vont me faire progresser et me faire passer un cap.

On parle souvent de renouveau du club en ce début de saison. Es-tu d’accord avec cette vision des choses ?
Oui, avec le nouveau stade il y a peut-être une nouvelle histoire qui se construit mais attention, il ne faut pas s'enflammer. On a gagné jusqu'à maintenant à Jean Bouin, on a fait un beau début de saison mais depuis quatre matchs on n’est pas non plus irréprochable. Donc il faut faire attention, rester humble et trouver l'équilibre. Une nouvelle histoire c'est bien, mais ça reste délicat et très fragile.

Un petit retour sur le derby. Le match semblait à votre portée, mais vous passez tout proche de la victoire. Comment juges-tu votre prestation ?
Sans être très bon, sans être au même niveau que sur nos autres prestations, on a failli gagner ce derby donc quelque part, il y a du positif. Mais c'est vrai que c'est frustrant quand on revoit les images du match. En l'analysant de plus près, cette défaite pourra être constructive et nous faire aller de l'avant.

Encore du « Ciel & Blanc » ce week-end avec la venue de Bayonne, qui reste sur un bon résultat en championnat. Une équipe dont il faut vraiment se méfier ?
Bien sûr, Bayonne est une très grosse équipe. À chaque fois qu'ils sont venus ici, ils nous ont posé des problèmes. Certes ils sont douzièmes mais je pense qu'ils ne sont pas à leur place aujourd'hui, c'est la fragilité de notre championnat qui veut ça. Ils ont un pack solide, des mecs rapides derrière, il va falloir être vigilants et très propres sur ce match.

Tu as été convoqué pour jouer avec les Barbarians français. On t’imagine ravi, non ?
Oui je pars jouer avec les Baa-Baas contre les Samoa. Être avec eux c'est quelque chose qui me tient à cœur car souvent, quand j'ai été blessé, quand j'ai eu des coups durs, ils ont été là pour me prendre et me donner une chance sur des matchs de haut niveau.

Et forcément, comme tout joueur qui a déjà connu des sélections, le XV de France - actuellement réuni à Marcoussis avec plusieurs Parisiens - doit toujours rester dans un coin de ta tête ?

Oui forcément mais bon, ma priorité aujourd'hui est de faire de belles prestations en championnat. Il faudra déjà retrouver une place de titulaire avec le club et après on verra !