cashless billetterie boutique
>
News
>
Interview

Dr. Hans-Peter Wild : « Nous progressons dans le bon sens »


19/01/2021

Loin du Club et de la capitale française, le Dr. Hans-Peter Wild n’en reste pas moins très proche et impliqué au quotidien. Avant un nouveau bloc capital pour nos Parisiens, notre propriétaire et Président a souhaité présenter ses vœux aux amoureux du Stade Français Paris et partager son regard sur la saison rugbystique des Rose & Bleu.

Stade Français Paris : Bonjour Dr. Hans-Peter Wild, première question par les temps qui courent, comment allez-vous ? 

Dr. Hans-Peter Wild : Je vais très bien, merci. Compte tenu de la situation sanitaire, j’ai dû me protéger et essayer de limiter au maximum mes déplacements, même si ce n’est pas pratique pour moi d’être loin du Club et de mes activités. Néanmoins les moyens technologiques d’aujourd’hui me permettent de suivre le Top 14 et la totalité des matchs du Stade Français Paris. C’est un moindre mal… 

SFP : Quel regard portez-vous sur l’actualité du Club ?

Dr. Hans-Peter Wild J’échange quasi quotidiennement avec Thomas Lombard au téléphone et je suis souvent en réunion avec Thomas et Gonzalo. Je suis informé de tous les sujets en temps réel. 

J’ai apprécié la série de matchs victorieux à domicile durant la période d’automne qui a été compliquée pour nous, puisque nous avions plusieurs joueurs engagés dans les différentes sélections. Cela montre que l’équipe est en train de prendre corps. Cela dit, il reste encore du chemin à parcourir. Les défaites concédées en début de saison à la maison contre Bayonne et le Racing seront difficiles à rattraper, mais l’équipe a montré que quand elle décidait de bien jouer au rugby, elle pouvait battre n’importe qui. Cela me conforte dans l’idée que le jeu pratiqué permet aux joueurs de prendre du plaisir, d’adhérer et de se projeter ici dans la durée.  

SFP : Quel est votre sentiment sur la pandémie de la Covid-19 qui a plongé le sport dans cette crise sans précédent … ? 

Dr. Hans-Peter Wild La crise est évidemment catastrophique pour les entreprises et l’ensemble des clubs sportifs. À l’heure où nous parlons, personne ne sait quand et dans quel état nous allons sortir de cette pandémie. C’est très inquiétant. 

Le modèle actuel du sport fait souvent appel à des contributions extérieures pour générer de la ressource financière. Néanmoins la situation que nous traversons et l’absence totale de revenus posent un vrai problème sur le modèle actuel de notre sport. Avec les élections qui approchent à la Ligue Nationale de Rugby et les questions qui se posent toujours au sortir d’une crise comme celle que nous traversons, il est peut-être temps d’envisager de faire les choses différemment avec des clubs qui possèderaient des actifs et de la valeur et des propriétaires qui ne seraient pas forcément là pour payer à fonds perdus. 

Chez nous, un certain nombre de projets a été entamé en interne : RSE, Éducation, Formation … Tout cela va dans le sens de changements bénéfiques pour le Club. 

Aussi, je sais toutes les équipes de l’administratif impliquées et mobilisées pour mettre en place cette transformation dans les meilleurs délais et dès que la situation sanitaire nous le permettra, de passer de la théorie à la pratique. 

Je tiens aussi et surtout à remercier personnellement tous les supporters, partenaires et clients du Stade Français Paris qui ont manifesté tout au long de ces mois difficiles une importante et chaleureuse solidarité à notre égard. 

SFP : Quelle est votre analyse des résultats sportifs de l’équipe à mi-parcours ?

Dr. Hans-Peter Wild Après une grosse préparation au mois de juillet, l’équipe a été malheureusement frappée de plein fouet par la Covid-19, ce qui a contrarié les plans de Gonzalo, Laurent et Julien sur les premiers matchs de reprise au mois de septembre. Il a donc fallu un peu plus de temps pour que l’équipe trouve ses marques et commence à emmagasiner de la confiance. Les choses se sont matérialisées concrètement lors de nos premières victoires face à Toulouse, La Rochelle, Bordeaux puis Toulon, qui sont des équipes ambitieuses et très régulières dans le championnat.

Il nous reste encore des points à travailler, c’est évident, mais je trouve que l’équipe est parvenue cette saison à jouer à son niveau, ce qui est un premier élément de satisfaction et qui doit confirmer toute notre ambition sur cette saison et celles à venir. 

Le deuxième élément de satisfaction, c’est le travail effectué au Centre de Formation qui commence à porter ses fruits. Très rapidement maintenant, des jeunes formés par nos soins pourront intégrer petit à petit l’équipe professionnelle tout en menant de front un véritable projet éducatif. Une fierté !

SFP : Comment envisagez-vous la fin de la saison ?

Dr. Hans-Peter Wild Là encore, il est très difficile de se projeter avec certitude dans l’avenir. La réorganisation des Coupes d’Europe va nous permettre de jouer un certain nombre de matchs et d’essayer de se prémunir d’éventuels reports, voire de mesures de reconfinement, qui pourraient empêcher le bon déroulement du sport. J’espère que la saison pourra aller à son terme car il serait très préjudiciable que le Top 14 ne puisse pas s’achever normalement pour la deuxième saison consécutive. 

En ce qui concerne l’équipe, nous rentrons dans une période où nous allons devoir faire preuve d’adaptation. Nous avons la chance d’avoir des joueurs appelés dans les sélections française et géorgienne, ce qui est une fierté pour nous mais aussi une difficulté pour nos entraineurs qui composent l’équipe. 

Cela m’amène enfin à me poser la question de la réorganisation globale du calendrier du rugby afin d’éviter ces doublons qui sont extrêmement préjudiciables aux clubs qui sont les premiers employeurs des joueurs. 

SFP : Pour conclure, quand envisagez-vous de revenir ?

Dr. Hans-Peter Wild J’envisage de revenir à Jean Bouin le plus rapidement possible car les joueurs, le staff et le Club me manquent. Toutefois, les contraintes de déplacement depuis mon lieu de résidence m’obligent à respecter une quatorzaine et sont assez contraignantes et, les hôtels étant fermés à Paris, je n’ai pas de possibilités d’hébergement sur place.

Enfin, je tiens de vive voix à adresser mes meilleurs vœux à tous ceux qui aiment le Stade Français Paris en ayant une pensée particulière pour toutes les jeunes joueuses et tous les jeunes joueurs de l’Association Sportive actuellement privés de rugby.