La jeunesse parisienne sortie avec les honneurs

Publié le 04/04/2014
Partager

Avec une équipe largement remaniée, le Stade Français Paris s’est incliné face aux Harlequins à l’occasion du quart de finale d’Amlin Challenge Cup (6-29). Tous les regards sont désormais tournés vers les prochaines rencontres du Top 14, décisives pour la fin de saison.

Quand les supporters des deux équipes se donnent rendez-vous à quelques centaines de mètres du stade Jean Bouin, l’ambiance est garantie. Échanges autour d’un verre, taquineries de circonstance, chants de supporters, tout se passe évidemment dans la bonne humeur et la convivialité. L’avant-match est animé, et préfigure déjà ce que Jean Bouin vivra quelques instants plus tard.

Sur la pelouse, le spectacle est à la hauteur. Emmenés par Chris Robshaw, le capitaine du XV d’Angleterre et un Nick Evans des grands soirs, les Harlequins montrent très rapidement qu’ils ne sont pas venus pour « le défilé ». A un début de partie bien rythmé des Parisiens, les visiteurs répondent par une ouverture du score sur pénalité de Nick Evans (16’, 0-3). Morné Steyn ne reste pas de marbre et égalise dans la foulée (19’, 3-3). Rebelote quelques instants plus tard, où le buteur anglais redonne l’avantage aux siens (22’, 3-6) avant que son homologue sud-africain ne lui rende la pareille (32’, 6-6). Alors que le jeu s’intensifie, que les contacts se font de plus en plus durs et que les chants résonnent dans l’enceinte parisienne, les visiteurs profitent d’une faute adverse pour virer en tête juste avant la mi-temps (40+2’, 6-9).

La satisfaction de la jeunesse parisienne

C’est au retour des vestiaires que les choses s’accélèrent. Après une longue séquence où le ballon navigue sur toute la largeur, les Londoniens franchissent la ligne une première fois par l’intermédiaire de Mike Brown (47’, 6-16). Paris se procure de son côté de très belles occasions, par Djibril Camara d’abord suite à une énorme percée de Meyer Bosman, puis par le jeune Clément Daguin après une jolie prise d’intervalle. Ils ne parviennent cependant pas à conclure. En face, les Anglais sont eux bien plus réalistes. Nick Evans ajoute une pénalité (57’, 6-19), puis un drop (74’, 6-22) avant la banderille finale, infligée celle-là par Tim Molenaar (78’, 6-29). L’écart au score est assez net mais ne reflète finalement pas la très bonne prestation des nombreux jeunes alignés pour l’occasion, à l’image de Clément Daguin, Nicolas Garrault ou encore Peter Lydon. Paris a de l'avenir et peut clairement voir venir de ce côté là.

Les regards sont désormais tournés vers le prochain match du Top 14. Une rencontre capitale face à Bayonne au stade Anoeta de Saint-Sébastien, qui décidera certainement de l’avenir des Rose & Noir en championnat (samedi 12 avril, 18h30). Puis viendront deux autres matchs, les derniers de la phase régulière, tout aussi capitaux en fonction du résultat au Pays Basque. Le club compte plus que jamais sur votre soutien dans cette dernière ligne droite. C’est véritablement le moment d’encourager vos joueurs, comme jamais !

_______

Venez soutenir le Stade Français Paris contre Bordeaux, à l’occasion du dernier match à Jean Bouin de la phase régulière.