Paris méritait bien mieux

Publié le 28/02/2014
Partager

A l’issue d’une cruelle fin de match, le Stade Français Paris s’est incliné sur le terrain de Montpellier (10-19). Les Parisiens sont longtemps restés dans la zone du bonus défensif, mais un essai transformé dans les ultimes secondes de jeu les prive d’un point largement mérité.

Il y a des soirs où le sentiment de frustration prédomine. Une frustration nourrie par un résultat final en opposition à tant d'efforts déployés sur le terrain. Ce vendredi soir, en match avancé de la 21ème journée du Top 14, Paris se déplaçait sur les terres du Montpellier Hérault Rugby Club pour un choc entre deux prétendants aux phases finales. Et les dernières secondes de la partie ont renversé une situation qui semblait figée.

Car le match a longtemps été très serré, voire même cadenassé. Jusqu’à la mi-temps, aucune des deux équipes ne parvient à faire la différence pour marquer le moindre point. Les duels sont rudes, les turn-overs s’enchainent et les défenses prennent très souvent le pas sur les attaques, à l’image de ces énormes grattages du néo-international Antoine Burban.

Preuve de l’incertitude et de la tension qui règnent, les pénalités s’enchainent et l’arbitre décide alors de sanctionner. Jérôme Fillol côté parisien (25’) et Thibaut Privat chez les locaux (30’) sont expulsés temporairement. Mais c’est au retour des vestiaires que tout s’accélère. Après un gros travail de ses coéquipiers François Trinh-Duc et Benoît Paillaugue, le All Black Rene Ranger aplatit en force (45’, 7-0). Quelques secondes plus tard, le demi de mêlée héraultais, bien servi par une chistera de ce même Ranger, aplatit un essai validé après arbitrage vidéo (46’, 12-0).

Cruel, mais sans fatalité

D’aucuns penseraient alors que les visiteurs auraient pris un coup sur la tête. Ce serait mal connaître le Stade Français Paris cette saison qui se remet toujours sur ses appuis. Une première pénalité de Morné Steyn (49’, 12-3), puis un essai en force de Jonathan Danty, bras tendu et validé après arbitrage vidéo, permet aux Soldats Roses de se remettre sur les bons rails (55’, 12-10). Jusqu’à ces ultimes secondes de jeu. La sirène a retenti, les Parisiens sont arc-boutés en défense. C’est alors qu’un par-dessus au pied de Jonathan Pélissié trouve Timoci Nagusa dans la profondeur… de l’en-but parisien. Après une nouvelle séance vidéo, l’arbitre valide un essai transformé dans la foulée par François Trinh-Duc (80’+2’, 19-10).

La fin de match est cruelle. Mais le résultat est là et les Parisiens savent qu’il faudra rebondir. Les supporters peuvent y compter. Le club de la capitale ne lâchera rien et poursuivra ses efforts pour jouer les six premières places jusqu’au bout. Quoi de mieux alors qu'un autre gros défi pour rebondir rapidement : la réception du Stade Toulousain pour le « Choc des Stade » le samedi 22 mars (15h00). Et vous êtes déjà très nombreux à avoir coché cette date sur votre agenda. Tout le club compte évidemment sur votre soutien !

____

Réservez vos places au Stade de France en cliquant ici.