Invincibles jusqu'au bout !

Publié le 29/12/2013
Partager

Avec sa victoire face à Perpignan (19-12), le Stade Français Paris termine l’année 2013 invaincu dans sa cathédrale de Jean Bouin. Il conforte également sa place dans le peloton de tête du Top 14.

Quel plus beau cadeau de fin d’année que d’évoquer un tel bilan à domicile ? En désormais 8 rencontres de Top 14 et 2 d’Amlin Challenge Cup, Paris n'a jamais perdu contre ses adversaires. Ce dimanche après-midi, en cette période hivernale et sous un soleil éclatant, le combat face à Perpignan pour poursuivre la série s’annonçait âpre. Les faits ont donné raison à ce qui était attendu.

La première période prend du temps pour trouver son rythme ; les premiers points ne sont inscrits au pied par Jérôme Fillol qu’à l’issue d’une longue séquence parisienne débouchant sur une pénalité (18’, 3-0). Les Catalans ne tardent pas à égaliser grâce à la botte de James Hook (20’, 3-3), qui connaitra par la suite de nombreux échecs. Le jeu est quelque peu haché, les turn overs s’enchainent et c’est finalement à l’issue d’une longue séance de mêlées - avec carton jaune pour le Perpignanais Alisona Taumalolo (29’) - que l’arbitre décide d’infliger un essai de pénalité aux visiteurs ; mérité celui-là tant les avants parisiens dominent leurs homologues à ce moment de la partie (32’, 10-3).

Au retour des vestiaires, l’ouvreur gallois réduit l’écart (46’, 10-6). Sans grande conséquence puisque Jérôme Fillol lui répond très rapidement (48’, 13-6), avant que les deux hommes ne se rendent coup pour coup : Hook d’abord (52’, 13-9) puis de nouveau Fillol (54’, 16-9). Le demi de mêlée permet même à son équipe de prendre un peu plus de distance (58’, 19-9).

Des frissons à l’extase

Les visiteurs impriment alors davantage de rythme et assaillent la ligne d’en-but Rose et Bleu. Sous pression, Paris se voit faire expulser tour à tour Julien Arias (59’) et Pascal Papé (61’). A 15 contre 13, l’USAP envoie du jeu pour tenter de faire la différence. Sauf que les locaux tiennent. Et mieux que bien. Entre défense de fer - symbolisée dans le match par ces plaquages monstrueux d’Antoine Burban, Hugo Bonneval ou encore Jérôme Fillol - et volonté de ne rien lâcher, même en double infériorité numérique, Paris montre qu’il a du cœur. Même quand le jeu a plus de mal à se mettre en place, ou que les esprits s’échauffent régulièrement, les hommes de Gonzalo Quesada ne lâchent rien. Digby Ioane, pour sa grande première avec le club, aura lui aussi tenu son aile de manière irréprochable en défense.

Dans les derniers instants, une pénalité de James Hook (74’, 19-12) ainsi qu'une ultime offensive catalane font passer quelques frissons dans le stade, notamment au moment où l’arbitre demande la vidéo pour un potentiel essai adverse, finalement refusé. Mais ces frissons laissent bien vite leur place à la joie extatique des supporters, venus en nombre en cette période de fêtes, quand les cloches résonnent et que l’arbitre porte le sifflet à la bouche.

Avec cette nouvelle victoire à Jean Bouin, le Stade Français Paris est solidement accroché aux premières places du Top 14. Il maintient son ambition intacte de figurer parmi les six en fin de saison, à l’aube d’attaquer une année 2014 qui s’annonce sous les meilleurs auspices.

___________

Pour assister aux rencontres du Stade Français Paris à domicile, réservez vos places en cliquant ici.