Premier derby et défaite bonifiée

Publié le 26/10/2013
Partager

Le Stade Français Paris s’est incliné face au Racing Métro 92 à l’occasion du traditionnel derby francilien (12-16). Dans un match très accroché, Paris a tenté jusqu’à la dernière seconde mais s’est heurté à une solide défense Ciel & Blanc.

En clôture de cette 10ème journée du Top 14, le Stade de France paraissait quelque peu clairsemé. Et pourtant, le rendez-vous était bien plus qu'alléchant. Tous sports français confondus, cette opposition représente rien de moins que le plus ancien derby qui existe. Les supporters parisiens présents au stade ont ainsi pu assister à un début de match conforme au prestige de l'affiche. Suite à une première séquence tambour battant, Marc Andreu pense avoir aplati en coin avant que l’arbitre vidéo n’invalide l’essai pour un pied en touche. Ce n’est que partie remise pour les « locaux » qui, dans la foulée, envoient Luc Ducalcon aplatir non loin des poteaux (5’, 7-0).

Le ton de la rencontre est donné mais les Stadistes ne comptent absolument pas se laisser marcher dessus. À l’essai de l’international français, Paris répond par deux pénalités de Julien Dupuy (10’, 21’, 7-6) ainsi qu'une énorme occasion de Julien Arias, finalement interrompue pour une dernière passe sifflée en-avant (24'). Jonathan Sexton n’est de son côté pas en reste et ajoute trois points au pied suite à un plaquage estimé dangereux d’Hugo Bonneval, qui écope d'un carton jaune sur arbitrage vidéo (28’, 10-6).

Mini-break, bonus et citadelle imprenable

Au retour des vestiaires, alors que le volume de jeu a sensiblement baissé et que Pascal Papé a écopé d'un carton jaune pour raison similaire à celle de l'arrière parisien (44'), l’évolution au tableau d’affichage est la résultante d'une succession de pénalités. L’ouvreur irlandais offre un mini-break au Racing (44’, 53’, 16-6) avant que Julien Dupuy ne relance son équipe grâce à sa botte précieuse (58’, 69’, 16-12). Les courses chaloupées d’Hugo Bonneval, les percussions de Jonathan Danty et de Geoffrey Doumayrou, ainsi que le gros travail des avants - sur mêlée notamment - font du bien au collectif. Mais la défense adverse est solide, et le Racing Métro 92 tient le score. Malgré l’entrée de Morné Steyn puis un dernier baroud d'honneur, Paris s’incline d’un rien face à son rival.

Il ne repart toutefois pas les mains vides de ce premier derby. Le point de bonus défensif acquis lui permet de rester solidement accroché au wagon des six premiers au classement, à quatre points seulement du leader toulousain. Un moindre mal avant de recevoir l’Aviron Bayonnais samedi prochain, dans un match qui permettra aux Parisiens de se refaire au sein de leur citadelle imprenable qu’est Jean Bouin.

_____

Pour assister à cette rencontre et venir soutenir les Rose et Noir, réservez vos places en cliquant ici.