Jérôme Fillol : « Nous sommes les visiteurs »

Publié le 25/10/2013
Partager

À la veille d'un choc 100% parisien, qui de mieux placé pour en parler que le demi de mêlée - et ex-Racingman - du Stade Français Paris. Soldat Rose pendant plus de sept ans, avec un passage chez les Ciel & Blanc durant trois saisons... quand il s'agit de parler derby, Jérôme Fillol sait trouver les mots justes. Il évoque également l'état d'esprit du groupe.

La victoire de justesse la semaine dernière en Amlin Challenge Cup, le retour retardé depuis l'Italie, l'emploi du temps perturbé… C’est une semaine un peu particulière pour préparer ce derby ?

Oui, malheureusement ce retard nous a fait perdre une journée sur notre semaine. On a eu moins de temps de récupération. Alors forcément après, ça complique les choses, ça décale le reste du programme et perturbe un peu la préparation.

Le groupe a retrouvé des joueurs tels que Nayacalevu, Steyn, Parisse, Lyons… l'effectif est donc quasiment au complet. De quoi mettre en confiance à la veille de ce choc ?

Il est évident que c'est toujours mieux d'avoir son effectif au complet. Après il y a plusieurs joueurs qui, depuis le début de saison, ont été plus ou moins absents pour des causes diverses, ce qui n'a pas empêché l'équipe d'être performante. C'est aussi ce qui fait la force de cette équipe. Mais il est effectivement rassurant d'avoir un effectif au complet, ne serait-ce que pour soulager en cas de besoin. L'arrivée de Morné Steyn, par exemple, va sûrement faire du bien à Jules qui a eu un temps de jeu considérable depuis le début du championnat.

Laurent Sempéré évoquait en conférence de presse de fortes individualités au Racing. La seule manière de prendre le dessus, ce sera le collectif ?

Comme contre toutes les équipes aujourd'hui, si vous n’avez pas un état d'esprit et un collectif très fort, c’est très difficile de gagner, même si vous avez des individualités remarquables à tous les postes. Nous avons aussi des joueurs de talent mais je pense que, ce qui rejaillit particulièrement, c'est notre collectif, valeur sur laquelle on se base principalement.

Pour toi qui as un attachement particulier à Paris et à la région parisienne, que représente ce derby ?

C'est une équipe parisienne contre une autre équipe parisienne donc pour la ville c'est une belle rencontre. Mais ça reste un derby relativement jeune, avec un mince historique. Disons qu'il est difficile de comparer le derby parisien au derby basque par exemple, qui lui a une histoire plus caractérielle. Mais bon, ça reste un derby et c'est toujours une bonne chose de gagner ce genre de match.

Le club a une histoire plutôt positive avec le Stade de France. Est-ce que vous vous sentirez vraiment comme une équipe en déplacement, ou plutôt comme une équipe à la maison ?

Même si quelque part, on se sent à la maison au Stade de France, parce qu'on y a déjà joué beaucoup de matchs dont quelques-uns contre le Racing, nous savons que nous sommes les visiteurs. On y va comme à n'importe quel déplacement en terre hostile.

Tu as quelques amis au Racing. Sur le terrain demain, il n’y aura malgré tout pas d'amitié qui tienne ?

C'est un peu comme partout où j'ai des potes, c'est toujours sympa de les revoir, mais le terrain ça reste le terrain et quand les occasions se présenteront, je ne laisserai rien passer (rires).